L’expatriation : quels sont les coûts pour l’entreprise ?

Selon les besoins de sa chaine de production ou pour des raisons de logistique, une entreprise peut souhaiter envoyer un ou plusieurs des employés à l’étranger. En face d’une telle situation, plusieurs options s’offrent à elle notamment l’expatriation ou le détachement du salarié. Chacune de ces solutions présentant des avantages et des limites surtout sur le plan social et fiscal. L’employeur se doit de bien mûrir sa réflexion afin de choisir la modalité la mieux adaptée. Dans cet élan, nous vous proposons de cerner les coûts d’une expatriation pour l’entreprise.

La question du logement

Lorsqu’une entreprise expatrie l’un de ses employés, elle se doit de lui assurer les bases de l’intégration sociale de ce dernier dans son pays d’accueil. Cela passe déjà par la mise à disposition d’un logement adéquat au salarié, lui et sa famille s’il est parti avec elle. D’aucuns opteront pour un séjour à l’hôtel, mais cette solution devient très vite contraignante. En effet, l’hébergement à l’hôtel nécessite un budget assez élevé. On préfèrera une maison ou un appartement. Généralement, une prime de mobilité est accordée au salarié à expatrier. Cette dernière lui permet de couvrir la majorité de ces frais.

Le déménagement comme poste de dépense non négligeable.

Selon la destination et la notoriété du déménageur, le budget que doit prévoir l’entreprise peut être très variable. En réalité, il faudra surtout se demander quel est le degré de prestation du déménageur. Ses services peuvent prendre en compte les formalités administratives et douanières, il peut conditionner les bagages dans des cartons ou encore livrer le conteneur. Selon tous ces détails, l’entreprise devra débourser le montant nécessaire pour assurer le déménagement du salarié.

La location de mobilier comme alternative

Lorsque l’expatriation doit se faire sur une période bien définie, l’entreprise peut opter pour une location de meubles pour équiper le logement du salarié dans le pays de destination. Cette solution lui revient parfois moins cher que le déménagement complet du salarié. Un mobilier sur mesure, des appareils électroménagers et même les outils multimédias seront donc installés dans le logement du salarié durant son séjour à l’étranger.

La couverture sociale du salarié

La question de la sécurité sociale peut donner lieu à des réponses confuses. C’est pourtant aussi simple. La couverture sociale du salarié après son expatriation est simplement celle du pays d’accueil. Toutefois, l’expatrié peut souscrire à une assurance volontaire en France comme l’indique le site de la sécurité sociale des expatriés. De plus, il se pourrait que le niveau de sécurité sociale du salarié dans son pays d’accueil soit inférieur à celui qu’il avait en France. Dans ce cas, ce dernier peut réclamer une compensation de la part de son employeur.

Lorsque l’expatriation devra se faire vers un pays de l’Union européenne, certaines conditions peuvent obliger le salarié à obtenir le statut de travailleur détaché. La condition fondamentale est que l’employé est envoyé à l’étranger (pays de l’UE) par son employeur domicilié en France pour une mission temporaire. Dans ce cas, le régime de sécurité sociale français est maintenu pour le salarié et l’employeur se doit donc de verser normalement les cotisations de ce dernier.

Ajouter un commentaire