La robotique a marqué les esprits avec différentes avancées technologiques ces dernières années. Pendant que les ingénieurs chinois proposent des robots vendeurs, guides ou serveurs de restaurant, les Américains se sont misés sur des modèles écologiques. Les chercheurs de l’université d’Harvard ont dernièrement rendu publiques leurs recherches sur un robot abeille qui va polliniser les plantes.

Les Américains s’inquiètent sur la disparition des abeilles

Avec l’extension des villes et l’utilisation à outrance d’insecticides, les abeilles meurent à petit feu. Cette espèce animale joue pourtant un grand rôle dans la vie. Elle est notamment responsable de la pollinisation des plantes. Sans son travail, les fruits n’apparaîtront plus jamais. Pratiquement toutes les plantes vont finir par s’éteindre. C’est en effet le règne végétal qui est menacé par la disparition progressive des abeilles. Dans tous les cas, toutes les espèces à fleurs vont cesser d’exister d’une manière discrète. Face à ce problème ultra-sérieux auquel la majorité ne pense pas, les chercheurs américains ont mis au point des abeilles électroniques pollinisatrices. Ce projet a coûté 2 millions de dollars, mais ce n’est rien face aux préjudices de la disparition des insectes producteurs de miel.

Un robot pollinisateur légèrement plus grand qu’une pièce de monnaie

Baptisé Robobeevise, le projet vise à créer une armée de robots pollinisateurs totalement autonomes. Ce sont des drones de petite taille. Outre la pollinisation, d’autres applications sont aussi envisageables pour ces petits robots. Ils devraient notamment donner des coups de main dans la surveillance militaire. Les chercheurs d’Harvard se sont inspirés de la robustesse des abeilles pour mettre au point un robot, dont la taille dépasse à peine celle d’une pièce de monnaie. Il a fallu embarquer un bon nombre de technologies dans un appareil de moins d’un gramme. Le prototype obobee X-Wing pèse 259 mg. Il mesure à peine 6,5 cm. Cette dimension est juste ce qu’il faut pour avoir des ailes battantes à toute vitesse, une caméra, une batterie et quelques outils habituels de robots insectes.

Les détails sur les abeilles-troniques qui vont sauver le monde

Le véritable défi fut de concevoir une batterie à la fois très légère et assez puissante. Pour résoudre ce problème, les as de la robotique américaine dotent le obobee X-Wing de six cellules solaires de 10 mg chacune. Puis, l’abeille électronique a quatre ailes. Ce nombre permet d’avoir de la portance sans battre à une vitesse phénoménale. Il s’agit du genre de détail qui permet d’économiser la batterie embarquée. Puis, le robot insecte utilise aussi des lumières LED et halogènes. Ce petit bijou technologique de 0,26 gramme est également doté d’un véritable cerveau digital avec son logiciel embarqué. Ce dernier lui permet de se comporter comme une vraie abeille une fois lancé dans la nature.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *